A frog on holidays

gregre + st petCroak, why should I go on holidays? The weather is just amazing in Oxford right now!

“You are right, dear little chap, but taking some weeks off means that you will open your eyes and your mind to new horizons, explore other realities and may as well just have time to relax.
It’s very important to appreciate the different times in a year and especially the summer!
Are you ready for the departure? What’s our destination this year?”

Saint Petersburg, croak! And I’m well prepared indeed!

“Great Gregre, don’t forget your sunglasses and the  suncream! Now let’s go and enjoy our time off! 🙂 Bonnes vacances à tous nos lecteurs et à bientôt! ”

Would you like to jump with Gregre?
Follow us on @oxfrognews #GregreTravels

Advertisements

A parent-friendly Oxfam-shop on Cowley Road

Oxfam  1postIn the heart of the vibrant centre on Cowley Road – which is by the way the best place where you can find charity shops next to one another (ok, second best if you take Headington into account)– there is a good old Oxfam charity shop. A lovely meeting with the shop manager Nikoletsa (on the picture with Francesca, volunteer [left]) offered some interesting details about giving a second life to toys, children’s’ books and clothes!
There is no hazard! In 1943 when Oxfam’s adventure began the aim was to support the Greek population during World War II “when the shopmanager where I worked as a volunteer told me this, it became very special to me, I couldn’t imagine to work for any other charity…” tells Nikoletsa, who is herself Greek. She loves working here and underlines that she never looks at her watch whilst she is managing her volunteer-team and the Cowley Road shop.

A spot for second hand children’s stuff
Mother herself, Nikoletsa admits “I try to keep the children’s area stocked up and encourage to donate things. I know how important it is to find affordable things which are also in good quality. And for us at Oxfam we always remember that one or two pounds maybe seem to be not much here, but are hugely important in countries we support, like for example South Soudan.” Continue Reading

L’été pour les familles bilingues : vacances ou visites familiales ?

(English version here, please)

Gregre vacances 1bisAprès des mois intenses à l’école pour les petits et au boulot pour les grands, est arrivé le temps du repos et de la détente ! Les Allemands parlent de « Tapetenwechsel » (littéralement « changement de tapisserie ») et en effet il est crucial de recharger les batteries en famille.
En ces mois estivaux, je vous propose de découvrir quelques extraits d’interview de mon projet de livre « Familles bilingues : la parentalité entre les cultures ». La question ? Comment gèrent-elles le défi entre vacances en « petit comité » au sein de leur cellule familiale et les attentes de la famille élargie ?

Bonne lecture de ces trois réponses recueillies au fil de mes interviews (pour en savoir plus, lisez ici)

Melanie (36) et Nathan (37) ont deux enfants de moins de 6 ans qui parlent les langues de leurs parents, allemand et hébreu.

Melanie Au début nous avions établi la règle qu’on partirait au moins une fois par an dans chaque pays. Mais finalement, pour être plus réaliste on en faisait plutôt deux voyages par an. (Nathan acquiesce) Et aujourd’hui on en est arrivé à un point où l’on insiste sur nos vacances à quatre, car rendre visite à la famille, ce n’est pas toujours de tout repos.

Nathan Et cette année nous partons pour Israël, mais nous louons dans une autre ville que celle où habite ma famille. C’est près de la plage, dans un lieu idéal pour passer des vacances. De là nous pourrons rendre visite à ma famille, mais ce sera différent. Nous serons indépendants tout étant immergé avec les enfants dans un environnement hébreu. Continue Reading

Summer for Bilingual Families: Holiday or Family Visit?

(Version française ici , merci)

Gregre vacances 1bisAfter a busy time at school for the children and at work for the parents, everyone needs a little rest and relaxation. The “Tapetenwechsel” (literally, ‘Changing the wallpaper’), as the Germans say, is very important to recharge the batteries. In these summer months, let’s have a look at some interview extracts about the holidays of bilingual families. How do they manage being torn between holidays as a family unit and the expectations of their extended families?

These are some extracts from my book project Bilingual Families: Bringing Up Children between Cultures (read more here)

Melanie (36) and Nathan (37) have two children under the age of 6 who speak both parents’ languages (German and Hebrew):

Melanie We had started the rule that each country would get at least one trip a year…but to be more realistic it was more two… (Nathan agrees) And now we insist more on family holidays which don’t involve other family members, because visiting family isn’t vacation-time.

Nathan This year we’re going to Israel, but we’re renting a place in another town than where my family lives. It’s next to the beach, in an area you would go for holidays. From here we can meet my family, but it’s different; we’re independent and the children will still be in a Hebrew environment. Continue Reading

Les vacances sourient à l’Angleterre

Trolley WallyPetits et grands sont dans les starting blocs pour les vacances ! Détail particulièrement amusant de l’autre côté de la Manche : personne n’attend d’être sur les plages de sable fin pour enfiler ses tongues, shorts ou mini-jupes. Dès que le soleil pointe son nez plus de quelques dizaines de minutes -allez j’exagère à peine- on expose sa peau couleur Aspirine pour chopper un brin de Vitamine D. C’est drôle, j’ai alors l’impression d’être en vacances quand je vois mes voisins en tenue estivale dès le mois d’avril!
Pour les amateurs, voici un billet écrit justement en avril, le voici : Ne pas avoir froid… aux yeux !
Revenons à nos… vacances, puisqu’elles sont devant la porte ! Je voulais vous partager cette photo en guise de clin d’oeil déniché à la gare de Paddington à Londres. C’est une façon bien british d’éduquer les personnes à la civilité, la sacrosainte politeness comme dit sur l’île. On peut lire en gigantesque sur le sol de la gare “Don’t be a trolley wally” pour inviter les voyageurs à prendre soin de ne pas écrabouiller les doigts de pied ! Le mot wally désignant de manière familière “une gourde, un zozo ou encore un balourd”. Sur ces entrefaites, je vous laisse faire vos bagages les juillettistes -moi je suis aoûtienne donc les vacances ce sera un peu plus tard… et avec un sac à dos pour éviter tous doigts de pied !