Polite in the mud ?

footprint-254795_640 Une des premières notions qui nous vient à l’esprit lorsqu’on évoque nos voisins britanniques c’est leur sacro-sainte politesse. On peut râler sur l’éducation libérale des petites têtes blondes d’outre-manche mais une chose est enseignée avec ardeur et ce dès leur plus jeune âge, dire yes, please et no, thank you. Ils ne vous diront probablement ni bonjour ou au revoir, mais merci c’est sacré. Tout comme pardon, à tire larigot, mais ça, c’est un autre sujet.

Qu’elle ne fut pas alors ma surprise, le week-end dernier pendant une excursion en famille lorsque nous nous trouvâmes pris au piège par de la boue vaseuse ayant par moment des aspects de sables mouvants. Le ciel d’un bleu éblouissant nous avait tiré du notre canapé pour nous offrir un air doux et à la fois revigorant. Mais catastrophe, au retour, les jeunes et téméraires parents que nous sommes s’aventurent sur un nouveau sentier.reflection-357065_640-1 Nous l’entamons de bonne humeur, avec, et c’est ça le drame, nos vélos ! Apparaît alors à l’horizon un couple avec deux chiens. « Ah oui, il y a de la boue, en effet, répondent-ils lorsqu’on les interroge sur le chemin tout en confirmant, mais vous êtes sur la bonne route pour rentrer chez vous. Confiants, nous continuons notre aventure, qui se termine, pour faire court, à la limite de l’exercice militaire : on pousse, tire, tracte et traîne les vélos embourbés dans la vase, les mains dégoulinantes, les pantalons couleur terre, un cauchemar sous le soleil (sic!). Et cerise sur le gâteau, on se fait doubler par des Anglais à pied. L’un d’entre eux me dit« oh, it’s muddy » (C’est boueux, n’est-ce pas ?) et lance quelque mètres plus loin « hard job ! » (C’est du boulot) à mon mari qui essaye de toutes ses forces de faire bouger notre vélo-charrette avec 30 kg d’enfants dedans.
Les pieds dans la boue, je fulmine : Monsieur le Rosbif a-t-il donc oublié sa politesse à la maison ? Le peur de « stuck in the mud » (rester coincé dans la boue) l’a emporté sur la politesse si chère aux Anglais? Toutes sortes de gros mots et de sentences assassines me viennent, mais pas en anglais, bien-sûr. Enervés, nous continuons notre combat boueux à la suite de celui qui est parti depuis belle lurette.
Plus tard, lorsque nous sentons à nouveau de la terre ferme sous les pieds, nous tentons au mieux de nous débarrasser de la gadoue qui semble ne plus vouloir quitter les roues de nos vélos. Je profite aussi tree-70327_640pour resserrer une vis de ma pédale. Concentrée sur mon geste, je ne vois pas un cycliste s’approcher de moi. Je crois ne pas bien entendre lorsque je perçois « Do you need anything, can I help ? »
Mon cœur s’allège tout à coup, la politesse anglaise est de retour. Je suis rassurée. Et en pédalant les derniers miles jusqu’à la maison, je décide que la prochaine fois, nous ne demanderions pas le chemin mais plutôt : « Ce chemin est-il praticable en vélo, vous le prendriez ? » Tout du moins, en Angleterre! Car en France, je ne doute pas une seconde qu’on nous aurait probablement dit dès le départ : «  Vous ne comptez pas y aller en vélo, avec les enfants ? C’est impossible, vous ne passerez jamais ! »

Merci à Pixabay pour les photos!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s