Jeu de sable pédagogique

Little Messy PLay 2014-06 (2)Juste un petit mot de retour de l’école où j’ai déposé notre fillette. J’ai si souvent raté l’occasion de faire une photo de leurs multiples activités qui me donnent toujours envie d’avoir 3 ans… Ce matin, je n’ai pas pu résister devant ce grand bac à sable posé sur une table avec des pinces à cornichons et des baguettes asiatiques. Le tout pour aller à la pêche aux lettres… Vive la dextérité et aussi le plaisir d’écrire son nom avec les nouilles. Un régal pour les sens! Bravo à l’équipe des maîtresses pour leur créativité. C’est la version soft et instructive d’un “messy-play “.

Du sommeil au pipi, tout est une question d’entraînement

carry potty- A Hippie in a Minivan… en tout cas pour les enfants! Parmi les aspects que j’apprécie particulièrement dans ma “british life” c’est la découverte de la langue. À mes débuts lorsque je baragouinais plus que je ne parlais, la “stay at home mum” que j’étais apprenais à toute vitesse le vocabulaire lié à la petite enfance. Je m’emmêlais parfois les pinceaux entre “nap” (sieste) et “nappy” (couche) transformant le temps du repos en “nappy time”!
Côté éducation, idem le vocabulaire est d’une grande richesse -souvent inexplorée sur le continent. Ici on parle de “tummy time” pour encourager l’enfant à rester sur son ventre, muscler son dos, puis au fur et à mesure découvrir le quatre pattes… Les Anglais sont fort en matière d’encouragements (cf. mon billet “Good boy, well done”) parlent de “sleep-training” lorsqu’il s’agit d’accompagner l’enfant à dormir seul et “à faire ses nuits”. Continue Reading

Ne pas avoir froid… aux yeux !

Flickr BeesocksAutre pays, autres mœurs! Et c’est aussi valable pour la mode enfantine. À nouveau j’observe la « coolness » au sens propre du terme des petits Anglais qui semblent ne pas aimer les gros pulls, ni les doudounes.
Est-ce pour défier les nuages qui s’arrêtent régulièrement au-dessus de l’île britannique (enfin, avouons-le, la France n’est pas vierge dans la matière non plus !) ou par coquetterie ? La question reste ouverte. Continue Reading

Vous roulez de quel côté, vous ?

Quand nos loupiots font leurs premiers pas, on est aux anges.
Et même s’ils ne courent pas tout de suite, arrive vite le moment de traverser la route. « Alors on regarde à gauche… ehhh non à droite, avant de traverser ! » C’est fou comme c’est ancré dans notre subconscient de regarder d’abord à gauche et de déclencher ainsi des grincements de freins et le courroux (« Ah ! c’est continentaux, alors ! ») des conducteurs ou cyclistes anglais.
Notre aînée qui crapahute entre l’île et le continent, en perd un peu son latin : « Dis maman, pourquoi, ici avant de traverser il faut regarder d’abord à droite et ensuite à gauche ? » Mystère et boule de gomme ! Continue Reading

Il n’y a pas que du “Junk Food” dans la vie !

… il y a aussi du Junk Modelling. Vous grincer des dents, parce que je vais encore aduler une activité que vous qualifiez d’un peu “cracra” ? Junk Modelling2Et bien figurez-vous que justement je ne peux pas m’empêcher de vous raconter une anecdote de l’école maternelle. En arrivant, je vois une table pleine de…, comment dire… les Anglais justement parlent de “junk”, mais la traduction littérale “bric-à-brac”, “vieilleries”, ne me plaît pas beaucoup. Au fond, pour être dans le descriptif pur et dur, c’est comme si vous aviez vidé votre poubelle de recyclage : petits cartons de tous genres, boîtes en plastique, rouleaux de papier WC et d’essui-tout, récipients divers et variés… le tout bien-sûr “propre” et prêt à l’utilisation.
Jusqu’ici, allez-vous me dire, rien de bien excitant, rien qui ne vale de saisir sa plume pour écrire un post ! Je suis d’accord, et c’est exactement ce que je pensais aussi en me tournant vers notre fille : “oh regarde, c’est génial, vous allez bricoler quelque chose d’intéressant…” Quel ne fût pas mon étonnement lorsque l’enseignante me glisse qu’il s’agit de “Junk Modelling”. Junk Modelling3L’objectif : laissez libre cours à l’imagination des chérubins pour qu’ils créent ce dont ils ont envie. Continue Reading

“Good boy, well done!”

Une des premières choses qui m’a surprise en arrivant de l’autre côté de la Manche est la façon dont parlent les parents, éducateurs et nounous aux enfants. Pour mes oreilles de frenchy ce sont des “good boy! good girl!” à tire larigot, mais aussi des “well done! That’s fan-tas-tic!” Et le plus intriguant, ni d’ironie ou de sarcasme dans ces paroles. Les adultes, ou plutôt les “grown up” (les grands comme on dit aux enfants) le pensent vraiment, ils sont à fond!
Leurs mots sont axés sur l’encouragement de l’enfant et la reconnaissance de ces actes.
Entre nous, cela m’a fait doucement sourire. Au début. Puis, finalement je m’y suis mise. (Déjà que nos enfants ont passé le tunnel sans trop rechigner, maintenant il ne faut pas trop les dépayser entre l’école et la maison.) Et, je ne cache pas que ces petites injonctions ci et là -probablement que je les utilise avec trop de parcimonie, diraient mes amies anglaises- en tout cas, je trouve que mon regard sur l’enfant change. J’étais déjà convaincu que l’enfant dès son plus jeune âge est une personne, mais lui dire régulièrement combien on est heureux de le voir grandir, découvrir le monde et faire ces premiers pas – ça m’a fait encore évoluer. Il y a du positivisme dans l’air, certes, mais on rend l’environnement aussi plus bienveillant et joyeux. J’adore me lancer le défi de changer de perspective, c’est un réel coup de pouce pour moi qui ne veut pas faire du “non” le mot le plus utilisé dans la journée.
Maintenant, il reste juste un dilemme : comment on traduit “good girl, well done” en français?